Projet immobilier et écologie


Green Life / vendredi, novembre 8th, 2019

Hello! Long time no see…

Oui, nous avons été un peu absents du blog ces derniers temps mais il faut dire que nous journées ont été très rythmées ces denières semaines… Entre le boulot, le petit piment eeeet un projet qui nous a fait vivre de nombreux ascenseurs émotionnels mais qui se dirige enfin vers une issue heureuse : la future maison des Petits Piments !

Lorsque nous avions acheté notre appartement, nous savions très bien que ce ne serait pas pour la vie et que nous le quitterions un jour pour une maison. L’arrivée de notre petit bout a un peu précipité les choses car, même si nous adorons notre appartement et la ville de Metz, nous rêvons de nature, d’un jardin et d’un foyer sans 327 000 marches à monter pour y accéder…

Je ne vais pas vous parler précisément de notre futur nid pour l’instant mais plutôt de savoir de quelles manières combiner projet immobilier et écologie. Est-ce possible ? Bien sûr, je ne parle pas d’habiter une cahutte en terre sans électricité ni eau courante au fond de la forêt (même si ça peut être cool) mais bien d’une habitation avec un semblant de confort et de modernité. Nous allons donc voir ce qu’il est possible de faire dans cette optique.

Évidemment, comme pour beaucoup de choses, tout dépend du budget. Il existe de multiples solutions pour avoir un logement le plus éco-responsable possible mais on ne peut pas forcément tout se permettre.

La première chose à laquelle réfléchir concerne le type de bien à acquérir : neuf ou ancien ? L’ancien a l’avantage de ne pas puiser des tonnes de nouvelles matières premières dans les ressources naturelles et peut en quelques sortes être considéré comme du recyclage. Amoureux des vieilles pierres et de leur cachet, c’est ce type de bien que nous avons choisi.

Bien sûr, comme rien n’est jamais tout blanc ou tout noir, l’ancien pose souvent le problème d’une isolation moins efficace que les bâtiments récents et donc d’être plus énergivore. Des solutions existent cependant pour limiter ce point noir et les aides de l’état permettent d’y accéder plus facilement.

Un autre poste auquel il faut penser est celui des énergies utilisées. Premièrement, l’électricité. Celle-ci est actuellement majoritairement d’origine nucléaire en France. Si sa production est assez faiblement productrice de CO2, elle pose le problème des déchets nucléaires dont on ne sait toujours pas quoi faire actuellement, si ce n’est les enfouir… Il existe désormais de plus en plus d’alternatives avec de nouveaux fournisseurs d’électricité et surtout d’électricité verte (hydroélectricité, solaire, éolien, …) et française. Il est d’ailleurs très facile de changer de fournisseur actuellement et ainsi de soutenir une production plus responsable. Bien sûr, l’électricité qui arrive au domicile sera quand même majoritairement d’origine nucléaire mais le fait de choisir un fournisseur « vert » permet de soutenir le développement de ces énergies et de la transition. Notre maison se situera sur une commune où nous n’avons pas le choix du fournisseur mais il s’agit d’une entreprise locale qui produit son électricité essentiellement grâce à des centrales hydroélectriques et développe son parc solaire et éolien (malgré l’utilisation de centrales à charbon également…), donc ce n’est pas trop mal.

Concernant le chauffage, là encore, différentes techniques existent dont certaines sont plus écologiques que d’autres. Notre future maison est équipée actuellement d’une chaudière au fioul donc pas top sur ce point. Nous avons le projet de la faire remplacer par une chaudière à pellets, nettement moins polluante, utilisant une matière première française et plus économique. Elle dispose également d’un poêle à bois pour les petites flambées hivernales. Il y aurait également la possibilité d’installer quelques panneaux solaires, le toit étant idéalement exposé, mais ce sera peut-être pour plus tard.

Si il existe un jardin, ce qui sera notre cas, voilà encore une occasion de faire quelques actions pour l’environnement. Plutôt que d’avoir uniquement une pelouse parfaitement tondue, il est important de favoriser le développement de plantes fleuries pour, entre autres, nos amies les abeilles. Si la taille du jardin le permet, planter quelques arbres à fleurs sera encore bien plus efficace que quelques jardinières, en plus de fournir ensuite des fruits pour les oiseaux et bien sûr pour notre consommation.

Notre maison offre également l’avantage de disposer d’un puits qui permettra d’arroser le potager sans avoir recours à l’eau potable. Sinon, installer un récupérateur d’eau de pluie est relativement aisé. Elle dispose aussi d’une piscine dans le jardin. Celle-ci ne faisait pas partie de nos critères mais puisqu’elle est là, on ne va pas dire non. Néanmoins, une piscine classique n’est pas des plus écolo avec l’utilisation de l’eau d’une part et les produits d’entretien de l’autre. Je m’étais toujours dit que si nous avions une piscine un jour, ce serait un bassin naturel utilisant les plantes pour filtrer l’eau. J’ai découvert qu’il est possible de transformer une piscine classique pour créer ce type de bassin. Là aussi, c’est un sacré budget donc ce sera peut-être pour dans quelques années.

Un dernier point moins connu peut entrer en considération. Qui dit projet immobilier dit emprunt bancaire (enfin sauf si tu es blindé). Mais saviez-vous que votre argent ne dort pas dans des coffres forts dans les sous sols de la banque ? Il est même plutôt virtuel, simplement quelques lignes de code informatique, mais il est utilisé en permanence pour financer différents projets. En effet, les banques font parties des principaux investisseurs or, on ne peut pas dire qu’elles soient toutes très regardantes sur ce qu’elles financent. Ainsi, bon nombre d’entre elles participent aux financements de projets ayant un impact négatif sur le climat, notamment avec l’industrie pétrolière. Certaines banques font un peu plus attention et s’engagent à soutenir des projets verts ou l’économie locale. Le site Épargne Climat classe ainsi les banques en fonction de leur empreinte carbone. De quoi choisir en connaissance de cause.

Bien sûr, nous n’avons pas toujours le choix quand seules certaines banques nous accordent le prêt. La notre est classée 4e donc c’est loin d’être la pire, c’est déjà ça.

Voici donc quelques pistes pour essayer de concilier projet immobilier et écologie. Il en existe évidemment beaucoup d’autres. Chaque solution a ses avantages et ses inconvénients, il faut voir en fonction de ce qui est possible pour chacun, selon ses souhaits et selon son budget mais je pense qu’il est important aujourd’hui de penser à l’impact écologique de ce type de projet.

 

Note : pour ceux qui n’auraient pas suivi, les photos de l’article ne sont pas celles de notre future maison mais celle d’un AirBnB écologique dans les Vosges

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.